Actualités

Actualités

Comment toucher le cœur des Domiens en période de post-confinement ? | LDdom

Daniel Depaz

Ce que vos clients attendent de vous après le 11 mai :

Des émotions positives !
 

Comment toucher le cœur des Domiens en période de post-confinement ?

J’ai passé ces dernières semaines à veiller les analyses socio-marketing « Covid » réalisées par nos instituts d’études partenaires en Métropole et dans le Monde avec pour objectif d’en dégager les tendances adaptées à nos marchés domiens.
 
Des tendances utiles pour anticiper les attentes des consommateurs à partir du déconfinement.
 
Avant de découvrir ces enseignements, il faut retenir à titre principal qu’en cette époque anxiogène, dominée par les émotions, les consommateurs sont dans l’attente d’émotions positives conformes à nos mentalités domiennes.
 
Pour ceux d’entre vous qui veulent revisiter les basiques du marketing des émotions, vous trouverez une référence exceptionnelle à la fin de cet article.
 
Voici les enseignements :
 
  • Tout dans la démarche d’entreprise doit évoquer l’OPTIMISME. On se doit d’être fondamentalement POSITIF.
Pas la peine de jouer sur le marketing de la peur, le Covid s’en est déjà bien chargé pour nous… Nous en sommes à l’heure des solutions. Et c’est bien connu, chez nous, on trouve des solutions à tout !
 
  • Oeuvrer POUR la santé de vos clients, pas CONTRE le Covid.
Si vous offrez des masques à vos clients, ce n’est pas pour lutter contre le virus, c’est pour leur permettre de se sentir sereins et en confiance dans vos entreprises et vos points de vente. Faites-leur savoir.
 
  • Aider vos clients à MIEUX dépenser, pas à MOINS dépenser.
Le confinement a fait prendre conscience que l’on pouvait se passer de beaucoup de choses ; aidez les clients à faire des achats qui comptent vraiment pour eux. Mettez de l’émotion dans vos offres.
 
  • S’ADAPTER aujourd’hui pour que cela soit mieux « après » ? On ne SUBIT pas.
Les aménagements avec lesquels il va falloir composer dans les entreprises et dans les points de vente doivent être présentés et perçus comme le moyen de retrouver, au plus vite, la vie à laquelle les clients aspirent. Soyez vigilants, pas anxiogènes.
 
  • ENSEMBLE, on est plus forts.
Le confinement a rappelé à tout un chacun toutes les valeurs positives du vivre ensemble, du partage, de la collaboration. C’est une opportunité pour les marques de développer les « tribus », les communautés, les clubs de fans. Aimé Césaire ne disait-il pas « un petit pas fait ensemble vaut mieux qu'un grand bond solitaire ».
 
  • Plus que jamais, FACILITER la vie des consommateurs.
Lors de leur parcours en magasin, en raison des craintes sanitaires, certains clients souhaiteront « aller vite » ; il conviendra de les aider à aller à l’essentiel. Revisitez votre signalétique, vos aménagements. Voire, proposez des « packages » de produits complémentaires. Une aubaine pour les adeptes de la vente additionnelle !
 
  • Valoriser le LOCAL, sans dévaloriser le NATIONAL.
Le « local » est le grand gagnant de la période de confinement. C’est une vague sociologique, voire politique, sur laquelle il sera important de surfer. Mais attention, cela ne devra pas se faire par opposition aux grandes marques qui ont leurs adeptes.
L’approvisionnement local n’est pas conjoncturel, les consommateurs attendent qu’il fasse partie intégrante de l’offre domienne.
 
  • Associez-vous à des INFLUENCEURS.
La période de confinement a été propice à la fréquentation des réseaux sociaux, et avec elle, les influenceurs ont gagné en visibilité. Certains ont su prendre place dans la vie des consommateurs. Il y a certainement des opportunités à saisir. Je pense par exemple à la chaîne Youtube de « Tatie Maryse » pour ce qui concerne la cuisine.
 
  • RASSURER, les prix n’ont pas augmenté (si c’est bien le cas…).
Ce qui laisse penser que les prix ont augmenté : le transfert de consommation du hors-domicile vers le domicile (repas), moins de promotions, moins de produits importés à bas prix, plus d’achats de proximité, l’achat de produits plus chers en substitution des produits en rupture. Personne n’a oublié « la profitation »…
 
  • Proposer des PROMOTIONS.
Les sociologues s’accordent à dire que la crise sanitaire va accentuer la fracture sociale. Les attentes pour les promotions dépassent la notion d’opportunité, il s’agit de plus en plus d’un enjeu vital pour certains consommateurs. Proposez des offres très attractives aux plus démunis, mais dans la forme, n’oubliez pas que nos compatriotes ont leur fierté.
 
  • Capitaliser sur les TENDANCES ACCÉLÉRÉES par l’évolution des mentalités du fait du confinement :
L’origine LOCALE.
Le DIY (Do It Yourself).
La RSE.
 
  • Concernant la RSE, la présenter comme un LEVIER, et non comme un PALIATIF.
En considération des aspirations positives des consommateurs, les actions RSE ne doivent pas être présentées comme des palliatifs aux manquements institutionnels. Il y a un risque d’être taxé d’opportuniste. On ne fait pas « à la place de », on fait « en tant que tel ».
 
  • Evaluer l’opportunité de proposer de NOUVELLES MANIERES DE FAIRE SES COURSES.
Le drive, le magasin sans personnel, le paiement mobile, la livraison à domicile, le click and collect, pourquoi pas la livraison par drône… et plus généralement, le digital, tout cela mérite d’être étudié. Les domiens sont prompts à adopter les innovations.
 
  • Répondre aux attentes de TRANSPORT INDIVIDUEL.
Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’écologie et les embouteillages, mais les sociologues prévoient un regain d’utilisation des transports individuels en raison des craintes liées à la fréquentation des transports en commun.
 
Des solutions de partage de véhicules conformes aux impératifs sanitaires pourraient trouver de nouveaux adeptes.
 
Pour ce qui les concerne, entreprises et marques devraient donc faire en sorte d’intégrer ces orientations et ces valeurs pour toucher le cœur des domiens !
 

 





Contactez LDdom